Championnats de France cadets-juniors en salle : William Reppert attendait son heure

Aux Championnats de France cadets-juniors en salle à Val-de-Reuil ce week-end, William Reppert s’est illustré en décrochant la médaille d’or sur le 60 m juniors et l’argent sur le relais 4×200 m.

C’est l’une des belles histoires que seul le sport peut nous offrir. Le 30 juin dernier à Dreux à l’occasion des championnats de France la fête a tourné au cauchemar pour William Reppert. « Podiumable » en puissance sur le 100 m juniors après une demi-finale enlevée en 10’’77, le sociétaire du Nantes Métropole Athlétisme était privé de la finale par… un sauteur en longueur. Alors que le premier peaufinait, tête baissée, sa sortie des starting-blocks à quelques secondes de la grande finale, le second traversait la piste sans regarder pour prendre les derniers conseils de son coach avant les qualifs de la longueur juniors. Le choc est violent et met KO le Nantais lancé à plus de 30 km/h. Nez ensanglanté, œil tuméfié et important mal de tête qui laissent un grand vide dans le couloir 4.

Comme quoi, dans le sport, il y a quand même une justice. Même si cette péripétie ne l’a pas privé d’une sélection pour les championnats d’Europe à Grosseto (Italie) sur le relais 4×100 m trois semaines plus tard, l’athlète entraîné par Richard Cursaz (CTS Pays de la Loire) avait une revanche à prendre ce week-end. Son esprit de guerrier a fait toute la différence pour décrocher le titre national sur 60 m en 6″80 : « Je suis heureux du résultat de cette finale, mais le reste de la journée me laisse un peu sur ma faim. J’ai peiné lors des séries et des demi-finales. Je pense que j’étais trop nerveux, et je n’arrivais pas à mettre les choses dans le bon ordre. En finale, c’était mieux, mais j’ai perdu du temps en voulant casser trop tôt, à dix mètres de la ligne. Bon, je m’étais fixé comme objectif de faire 6’’79 ou moins, donc ce n’est pas si mal. Au moins, j’ai mon premier titre de champion de France ».

William Reppert l’acharné a beau tenir sa revanche. Il n’a pas l’intention de baisser pavillon.

Crédit photo : Manu Chapelle (PhotoAthle)