Sélectionner une page

Interview croisée : Louise Libessart et Noémie Dambry

Interview croisée : Louise Libessart et Noémie Dambry

Notre série sur les nouvelles recrues de l’effectif nantais continue. Le NMA enregistre la signature de deux perchistes, la meilleure performeuse régionale Louise Libessart (3,91 m) et la championne de France cadettes Noémie Dambry (3,75 m), qui se sont prêtées au jeu de l’interview croisée, pour un rendu très sympa. Elles dressent le bilan de leur saison respective et présentent leurs objectifs pour 2018. Entretiens.

nmathle.fr : Quelles ont été vos motivations pour rejoindre le NMA pour la saison 2017-2018 ?

Louise Libessart : Je suis infirmière au CHU de Nantes et donc c’est plus simple d’avoir un club là où je suis domiciliée. J’ai pris la décision de rejoindre le NMA parce que je suis dans de bonnes conditions pour pourvoir progresser et je suis ravie de garder Alain Donias comme entraîneur.

Noémie Dambry : J’avais le choix entre plusieurs clubs de la région nantaise mais j’ai choisi le NMA parce que c’est un nouveau challenge. Le projet et l’environnement, c’est ce qui m’a plu dans les échanges avec le Président Olivier Jéhannet. Il y a de la confiance, de l’envie de partager et de prendre du plaisir.

— Dans quel état d’esprit étiez-vous lors de votre reprise ?

L.L : Je n’ai toujours pas repris, je traine une blessure à l’ischio-jambier depuis pratiquement six mois. Il y a un peu de frustration de ne pas pouvoir continuer le travail accompli cette année. Je fais du gainage spécifique pour garder la forme. Je me soigne en allant régulièrement chez le kiné, le médecin, j’espère pouvoir reprendre le chemin des sautoirs le plus vite possible. Je commence à trouver le temps un peu long.

N.D : J’étais très motivée à l’idée de reprendre l’entraînement parce que je suis venue à Nantes spécialement pour le saut à la perche. L’année dernière a été un peu difficile pour moi parce que je passais le bac et je n’ai pas atteint les objectifs que je m’étais fixés. Ici, je vais travailler dur pour progresser. J’ai commencé ma licence de STAPS Kiné et ça me plaît, les cours sont intéressants.

— Quel bilan tirez de votre saison 2017-2018 ?

L.L : J’ai bien progressé parce que j’avais un record à 3,62 m avant le début de la saison. Je passe 3,91 m cet été avec une sixième place au N2 mais qui ne me satisfait pas. En ayant changé d’entraîneur trois fois je trouve cela plutôt pas mal. On a beaucoup travaillé le placement de course pour essayer de me détendre au niveau de l’approche du butoir et puis tout ce qui est travail de renversé.

N.D : Mon hiver a été mitigé avec un zéro aux Championnats de France juniors où j’ai eu du mal à trouver mes repères. Même constat pour l’été où je termine neuvième, sans battre mon record.

— Quels sont vos ambitions pour la saison hivernale ?

L.L : Je suis en train de me poser la question de savoir si je ne vais pas faire une croix sur la saison hivernale. Le fait de n’avoir pas encore repris l’entrainement à 100% de mes capacités physiques, je ne peux pas espérer grand chose. Mon objectif aujourd’hui, ça serait d’arriver à réaliser une belle saison estivale.

N.D : J’ai envie d’aller chercher le podium aux France. Avec Alain on va préparer au mieux cette échéance qui est mon gros objectif. Je ne vais pas vous mentir que je pense à l’équipe de France et au Match international à Nantes le 3 mars prochain. Une sélection c’est ce que je souhaite le plus avant d’arrêter l’athlétisme dans quelques années.

— Est-ce que vous allez connaître des changements sur le plan de votre technique ?

L.L : Quand je vais revenir, ma priorité sera de retrouver du placement, c’est que j’avais mis en place tout au long de la saison et également de retrouver une condition physique digne de ce nom.

N.D : (Elle rit). On a déjà changé complètement ma technique de saut. Tout d’abord, j’ai appris à serrer les jambes parce que je sautais avec les jambes écartées. Ce n’était pas très beau esthétiquement et maintenant c’est mieux. Pour transférer dans la perche l’énergie, je dois également travailler ma vitesse de course.

— Ce serait quoi une année 2018 réussie pour vous ?

L.L : Les quatre mètres, c’est l’objectif de cette année et bien évidemment de participer aux Championnats de France Elite. Est-ce que cela va être possible ou pas, on verra en fonction de l’évolution de ma blessure.

N.D : Un podium aux Championnats de France, soit en hiver ou soit en été. Les Mondiaux juniors ? J’aimerai bien confirmer mon titre chez les cadettes en 2016. J’ai été plusieurs fois en position de prétendre à des sélections ou à des stages nationaux. Il y a des filles devant moi qui travaillent aussi pour ça. L’enjeu maintenant c’est de progresser encore pour franchir un cap. Je pense en être capable.

— Je vous laisse le mot de la fin…

L.L : On a un bon groupe d’entraînement de perche cette année, c’est une autre motivation et cela donne envie de se dépasser. L’arrivée de Noémie me fait du bien, en compétition il va y avoir de la concurrence et ça va faire de bons concours. Ça crée de l’émulation.

N.D : Je suis contente d’être ici,  je pense que je vais bien progresser aux cotés d’Alain qui va m’apporter toutes les connaissances que je n’ai pas eues avant.

Le groupe Élite présenté lors des Interclubs en mai prochain, avec ses deux recrues de poids, aura fière allure et devrait être encore une fois très compétitif.

Crédit photo : Emmanuel Chapelle (PhotoAthle)