Sélectionner une page

Championnats de France Elite en salle : 9 médailles à savourer

Championnats de France Elite en salle : 9 médailles à savourer

Les athlètes du Nantes Métropole Athlétisme ont décroché 9 breloques dont deux dorées aux Championnats de France Elite et jeunes en salle à Miramas. Jean-Pierre Bertrand s’est offert son deuxième titre national indoor en longueur après celui acquis en 2018. Eliot Douaud a triomphé sur le 400 m cadets en 50″52 tandis que dans la même catégorie Dejan Ottou a remporté deux médailles d’argent sur le 60 m et le 200 m. Agnès Raharolahy, sur 400 m, et Laura Valette, sur 60 m haies, ont buté sur de solides adversaires.

Neuf médailles à croquer comme comme des “Petits LU”. Si Jean-Pierre Bertrand et son coéquipier du Nantes Métropole Athlétisme Yann Randrianasolo (7,68 m) se sont livrés comme attendu un superbe duel en longueur, c’est bien le premier cité qui s’est imposé en retombant à 7,83 m lors de sa cinquième tentative : « J’ai eu des difficultés à retrouver mes marques. J’étais concentré sur ma préparation et mes soins en rapport avec ma blessure antérieure (adducteur) et du coup j’ai eu du mal à me régler sur les premiers sauts. Malheureusement, la forme est arrivée un peu tard mais je suis quand même satisfait du résultat ». “JP” remporte sa deuxième couronne nationale en indoor après celle obtenue à Miramas en 2019. Un billet pour le rendez-vous continental n’est pas une utopie pour l’étudiant en journalisme (Sportcom) au sein de l’INSEP qui détient la dixième performance européenne de l’année. Toujours dans le bac à sable, Rougui Sow, pour sa première compétition sous le maillot orange et bleu, a atterri à 6,32 m synonyme de médaille d’argent.

 

Eliot Douaud était certes le seul athlète engagé dans la catégorie cadets sur le 400 m mais sa performance mérite d’être largement soulignée. En bouclant son effort en 50″52, il a affiché un visage très séduisant. Pour sa première année chez les cadets, Dejan Ottou a fait le plein dans les Bouches du Rhône. Médaillé d’argent sur 60 m le samedi et sur 200m le dimanche… sa carte de visite a pris une autre dimension ce week-end, d’autant qu’il a signé un temps canon sur le tour de piste en salle en 21″87, pulvérisant son record personnel (record de Ligue également) de près de 50 centièmes lors des séries (22″38). L’élève de la section sportive du Lycée La Colinière a réalisé une belle prestation en finale B aux côtés de la plupart des meilleurs sprinteurs tricolores (22″39). Le samedi, le sprinteur de 15 ans avait déjà montré l’étendue de son potentiel sur la ligne droite. Descendu sous les 7 secondes sur 60 m à Miramas avec un temps en 6″99 (record en 6″92), il a logiquement été devancé par le Strasbourgeois Jeff Erius (6″81), qui a égalé le record de France de la catégorie en séries (6″78).

« Je suis très fier de moi, pour mon premier championnat, j’ai vraiment réalisé trois belles courses. C’est super intéressant pour la suite ». La suite, ce sera la préparation estivale où le Nantais compte bien confirmer ses bonnes dispositions en allant chercher une qualification pour les championnats d’Europe cadets (U18) à Rieti en Italie (26 au 29 août).

C’est la belle histoire de la compétition du côté de la délégation nantaise. Martin Gaudre, autiste, est monté sur la troisième marche du podium du 5000 m cadets dans le temps de 24’23″68. Une magnifique récompense pour le jeune garçon aussi attachant que doué. Pour la petite histoire, Martin, troublé par une cloche qui ne lui était pas destinée, s’est mis dans le rouge, déposant littéralement son adversaire pour la médaille d’argent… deux tours trop vite. Il a vu sa médaille d’argent se transformer en bronze pour trois petites secondes à l’arrivée. Valentin Pottier à la perche dans la catégorie des juniors (4,83 m) et Judy Chalcou chez les espoirs sur 60m (7″58) ont obtenu le bronze.

 

Il y aura des jours bien meilleurs pour Agnès et Laura

Une finale de 400 m aux Championnats de France ne ressemble jamais aux prévisions, même pour les plus grands spécialistes. Pas idéalement placée au couloir 1, Agnès Raharolahy n’a pu exprimer son talent comme elle l’aurait voulu, se classant finalement sixième en 54″67. On se disait que Laura Valette pouvait faire renaître l’espoir. Manqué. Saignante en séries du 60 m haies dans la matinée en 8″17, à sept centièmes de son record personnel, la hurdleuse des bords de l’Erdre ambitionnait de monter sur la boîte lors de la finale programmée dans la soirée.  Après un départ moyen, elle a été capable de produire de la vitesse inter-obstacle, son point fort, mais n’est jamais apparue en mesure de rivaliser avec les deux premières qui prenaient le large (7″93 et 7″94) obstacle après obstacle. À la bagarre pour la troisième place jusqu’à la dernière haie (8″07 pour le bronze), la championne de France sur l’exercice en 2018 à Liévin finit par percuter de plein fouet cette dernière haie. La dure loi du sport de haut niveau. L’élève de Richard Cursaz (CTS des Pays de la Loire) ne s’est heureusement pas blessée durant sa chute. Il y a cependant beaucoup de positif à retirer dans le saison hivernale de Laura Valette qui a montré à plusieurs occasions qu’elle était en forme à l’aube d’une saison importante, avec les Jeux olympiques de Tokyo en août en point de mire.

Les autres résultats ? Sharon Michaud a terminé quatrième de la finale C du 60 m en 8″07. Victoire Gredin Bour a remporté la finale D du 200 m en 24″97. Même réussite pour Axelle Reppert en finale C sur 60 m haies en 8″56. Sixième place pour Laura Lijeour sur le 3000 m marche B en 15’58″43. Même classement pour Bastien Franck (4,63 m) dans le concours B à la perche.

Tous les résultats, en cliquant ici.

Crédits photos : Jean-Luc Juvin et Solène Decosta

Works with AZEXO page builder